0788771730

      Rendez-vous est donné parking de la salle des fêtes à 6h45 pour un départ à 7h. Au club de l’amitié, les problèmes de réveil n’ont pas droit de cité – à 7h10 nous sommes 49 à prendre la route, sous un ciel bien gris, avec l’espoir qu’il ne nous tomberait pas sur la tête. 3 heures de voyage, avec comme fil rouge les Cévennes.
      Après 2h en direction d’Alès, nous attaquons les routes où il est difficile de faire 1 km en ligne droite.
      La bonne humeur règne dans notre groupe.

      Nous avons rendez-vous à 10h au Mas Soubeyran. Il s’agit d’un pittoresque bourg cévenol, appartenant aux villages de caractère du Gard. Le village montre de belles maisons typées, des passages voûtés et des ruelles en escalier typiques des vallées cévenoles.
      Le groupe est scindé en deux pour une visite plus confortable.
      Est proposé au groupe qui n’est pas occupé à visiter le musée, une petite balade commentée dans le hameau.

      Le musée du Désert depuis cent ans déjà, prend place au Mas Soubeyran dans l’ancienne demeure natale de Rolland (en fait il s’agissait de Pierre Laporte), un des chefs camisards.
      Dans cette maison on a aménagé 8 salles qui évoquent différentes périodes du protestantisme. Dans une nous avons pu admirer de magnifiques tableaux relatant la guerre des camisards.
      Une autre représente une scène de la vie familiale de l’époque.
      Belle reconstitution d’une cuisine ancienne, avec sa cheminée et ses cuivres.
      Nous remercions nos deux guides qui ont répondu de bonne grâce aux nombreuses questions.
      Que vous soyez protestant ou non c’est un lieu incontournable. On y va avec beaucoup d’émotions et on y ressort en se disant que malheureusement l’homme n’a pas beaucoup changé et ce qui se passait avant se passe encore dans le monde aujourd’hui

      12h l’appel du ventre se fait ressentir, nous quittons le Musée du Désert, direction le restaurant « Le Pradinas » à 5 minutes à peine de Mas Soubeyran. Accueil charmant et repas très apprécié par tout le monde.
      Le déjeuner terminé nous repartons donc pour la suite de la visite. Celle-ci se poursuit à Saint Hippolyte du Fort.

      L’après-midi se déroule presque tout aussi bien que la matinée si ce n’est la pluie qui nous
      Fait annuler la visite hors les murs du musée de la soie.

      A Saint Hippolyte du Fort il y a avait une filature. Aujourd’hui, il y a un musée de la soie pour raconter l’histoire de cette époque.
      Le musée de la soie, est situé dans une ancienne école militaire. En le visitant nous découvrons une époque où l’industrie de la soie était florissante et contribuait à la richesse des Cévennes.
      Une première salle reconstitue une magnanerie avec la présence d’un taulier, vaste échafaudage de tables et de claies où il est possible d’observer, d’avril à octobre, un élevage de vers à soie vivants à tous les stades du cycle.

      Une deuxième salle consacrée à la filature, à la fabrication du fil de soie à partir des cocons. Et une troisième salle dédiée au tissage et au tricotage.

      Une visite guidée à écouter, à dévorer, on est dans les siècles passés, une guide qui nous fait vivre cette vie avec passion, nous donne plein d’anecdotes et de vérité qui nous montre bien que nos ancêtres ont dû se battre pour eux mais pour nous aussi.

      Encore une superbe journée d’amitié et de convivialité ! Des guides formidables, un accueil des plus chaleureux et surtout la satisfaction de voir que nos sorties attirent toujours autant de monde.

      Merci à vous tous et en septembre ou octobre pour une autre escapade amicale